présentation; biographie; Discagraphie; Textes1; Textes2; Textes3; Textes4; Textes5; T˛tosketches
I soccavisti; Signé Sepe; G.Picoli; discours d'Alliende; Signé V.Jara; Ôme Page; MP3 Autres artistes; Liens.
La chanson politique de Victor JARA.
( Victor JARA dans la presse écrite 1968)

Hasta siempre

La chanson est née avec l'homme et avec la nécessité d'exprimer une intériorité subjective, pour la rendre universelle par la communication et la participation. La chanson montre l'essence de l'homme et jusqu'à ses origines, met en évidence l'intime relation entre les problèmes d'existence humaine et l'ambiance dans laquelle l'existence se développe. Par exemple, les manifestations musicales de l'homme primitif sont liées à la conception magico-religieuse ou à la mythologie de sa communauté.
Le Che démontre que la chanson apparaît comme une nécessité et non pas par pur divertissement, qu'elle a au contraire toujours une même finalité : éclaircir le conflit de l'homme vivant et libre sur cette terre.
Dans les Andes, les Incas se servaient du son des "Quenas" pour apprivoiser et rassembler les troupeaux. Dans les plaines vénézuéliennes pendant la récolte du maïs, les indigènes chantaient des chants allusifs à leur travail et la musique s'imprégnait de leur corps et de leurs mains qui suivaient le rythme de la battue du grain. Au Chili, on réunissait le peuple dans un "Guillatun" où tout le monde chantait pour invoquer la fertilité de la terre.

Mi canto...

L'homme primitif chantait, cela se vérifie encore aujourd'hui dans la tradition folklorique des peuples pour s'armer contre le mal et faire front aux forces adverses par qui ils se sentaient menacés. Il chantait pour invoquer une récolte abondante, pour stimuler ses propres énergies pour le travail, pour que la chasse soit bonne, pour appeler la pluie, pour conjurer les dangers des éléments... Dans la réalité d'aujourd'hui, le chant assume vigoureusement la valeur d'une protestation. A travers la chanson, les peuples oppressés des pays étrangers se rebellent, luttent, dénoncent les responsables de leurs oppressions. Et ici la chanson parle de la terre qui appartient au peuple et de la nécessité de récupérer tout ce qui lui a été volé ; parle de la liberté de tous ceux qui luttent dans le monde pour y arriver. A travers la lutte active des plus conscients qui guide les peuples vers la liberté, la chanson soutien parmi les masses l'action libératrice. C'est pour cela que dans ses thèmes figurent en premier lieu le peuple de Cuba, la "star" de la révolution aujourd'hui en action.
Le protagoniste c'est l'homme qui dans le maquis a pris son fusil pour revendiquer sa propre dignité. Des milliers de voix se sont élevées dans le monde entier pour chanter la vie et la mort du Commandante "Ernesto Che Guevarra", tué par l'impérialisme yankee dans la forêt bolivienne.
Chant du paysan, son sang et ses larmes irriguent les champs qui ne sont pas à lui mais qui pourtant lui appartenaient; chant de l'ouvrier qui dans l'usine se meurt de jour en jour, accablé par la puissance du capitalisme. La chanson protestataire célèbre dans le monde entier l'héroïsme du peuple vietnamien et son éminente victoire. Dans une société déshumanisée, la chanson exalte l'amour, unique refuge de l'homme.
La chanson protestataire est un fait, une réalité et une nécessité de l'homme d'aujourd'hui. Persécutée et censurée, elle vole au-delà des barrières et se transforme en langage commun pour la jeunesse du monde.

...e un canto...

La société bourgeoise s'oppose à la chanson engagée à coup de désinformations corrosives, aliénantes pour l'esprit du peuple. Journaux, revues, radios et télévisions, dirigés par un même patron, empoisonnent quotidiennement la conscience des masses avec leurs fausses valeurs et leurs fausses idoles pour détourner toute inspiration de liberté et désir de renouveau. D'autre part la publicité, la propagande et les faux chanteurs populaires soit disant pour "faire s'évader" l'homme agissent comme des drogues soporifiques sur le naturel instinct de rébellion contre la misère.
A travers ses demies informations, la bourgeoisie transmet aux masses de faux schémas de vie et d'idéaux déformés, basés sur le modèle du "american way of life", sur le conformisme, sur l'anti-communisme et sur la médiocre indifférence envers son prochain.
De cette manière on prétend ainsi créer un homme type, qui prétend comme un robot aux exigences de la machine dictatoriale qui le gouverne, castratrice de toute expression individuelle et toute initiative créatrice. Dans cette situation l'homme reste isolé et incapable d'envisager quelque chose avec d'autres.
La chanson engagée interrompt ce cercle vicieux et annule l'action aliénante du capitalisme, ayant un rôle très important dans les revendications sociales.


Victor Jara
..Libre !!!
Encore plus sur V.Jara

G.Picoli parle du temps de Jara Discours d'Allende
P.N: 1904-1973
Retour sommaire